cvt_Les-Apparences_4079  Je suis malade depuis quelques jours et l'avantage (s'il faut en voir un...), c'est que pendant le temps que je reste au lit, je peux lire.

       J'ai donc entrepris samedi la lecture des Apparences de Gillian Flynn (689 pages si on compte les 4 pages de remerciements à la fin).

       J'avais longtemps hésité avant de le lire. Les prénoms des deux personnages principaux, Nick et Amy, me laissaient présager le pire. De fait, c'est un couple "Ken (avec une fossette sur le menton) et Barbie". Le stéréotype n'est même pas esquivé. Mais la façon de raconter est originale : un chapitre nous fait suivre les pensées de Nick, le suivant, le journal d'Amy qui écrit des tests de personnalité pour les magazines (Réponses : A/ B/ C/ D/). Amy est un drôle de personnage. Au départ, on pense à une jeune femme superficielle, puis à Carrie Bradshaw (la trentenaire qui cherche son Mr Big). De fait, Nick serait plus Aidan dans Sex in the City : il emmène Amy, la New-Yorkaise, dans son Missouri natal, sur les berges du fleuve Mississipi... On se doute bien qu'elle va perdre ses repères. Puis on découvre progressivement que Nick est un méchant, un rustre, un mari violent, et qu'Amy, au départ si superficielle, se sacrifie pour son mari, pour ses parents (qui ont bâti leur fortune sur elle à travers une série de livres pour enfants : "l'épatante Amy"), pour ceux qui l'entourent. Son mari la néglige alors qu'elle est si bonne. On a tendance à prendre fait et cause pour elle. Et voici qu'un beau jour, Amy disparaît...Nick l'a-t-il tuée ?

       Pendant toute cette première partie, bizarrement, je me suis un peu ennuyée. Je comprenais que ça ait plu aux lectrices de "Elle". Je trouvais le roman très féministe, avec un portrait-charge du mari. Mais je me demandais surtout s'il allait y avoir volte-face, si "les apparences" du titre allaient s'effondrer et comment l'auteur allait s'y prendre pour casser cette routine conjugale : mari méchant, épouse soumise. Je le pressentais et même si à un moment, j'ai eu envie d'arrêter ma lecture, j'ai continué, sûre qu'il allait y avoir un nouveau départ, que tout ce que je lisais n'était que les "apparences" du titre. Et bien... Je n'ai pas été déçue ! Le roman, vers son milieu, prend effectivement un nouveau virage, et c'était encore mieux que ce à quoi je m'attendais (même si je le pressentais). Angoissant ? Sans doute pas. Retors à souhait, imaginatif (700 pages d'action alors qu'il n'y a que deux personnages principaux et peu de meurtres), le roman s'avère diablement distrayant. Amy a un petit côté Nelly Olson, finalement, qui m'a bien plu, alors que je la prenais initialement pour Carrie Bradshaw. Quant à Nick...
 
        Mais lisez-le ! Vous verrez que ça va bien au-delà des apparences. ^^